Vous souhaitez vous doter d’une voiture d’occasion mais vous avez peur d’être arnaqué ou d’acheter un citron ? Vous avez beaucoup entendu parler de plusieurs mauvais achats de véhicules suite à des arnaques ? Pour éviter aux acheteurs ces mauvais plans, le ministère de l’intérieur mettra bientôt en ligne un service public qui permettra  de se renseigner sur l’historique du véhicule à acheter. Il convient de savoir que le service est actuellement en version bêta. Il s’agit d’un portail appelé HistoVec. Découvrez les différentes informations fournies par ce service et comment en tirer profit pour ne pas se faire arnaquer ?

HistoVec : Quel est l’objectif de l’Etat ?

HistoVec  est une plateforme qui sera bientôt mise en ligne par l’Etat. L’objectif derrière cette plateforme est d’informer les personnes voulant acheter un véhicule occasion paris 75 de l’état de leur prochain véhicule. Ainsi, la transparence et la vérification des données seraient à la portée de tous. Par conséquent, il ne serait pas possible de se faire arnaquer dans le processus d’achat d’un véhicule d’occasion.

Comment ça fonctionne ?

Il s’agit d’une plateforme qui permet aux propriétaires des véhicules mais aussi des professionnels spécialisés dans la vente des voitures d’occasion d’introduire les numéros de plaques d’immatriculation du véhicule. Il est aussi possible de renseigner certaines informations de la carte grise. Le système effectue un croisement entre les données communiquées par les vendeurs et les informations officielles du système d’immatriculation des véhicules (SIV). Au résultat, l’acheteur va obtenir une fiche bien détaillée qui décrit l’état du véhicule occasion ainsi que les principaux moments de sa vie. L’acheteur potentiel sera informé si la voiture a été accidentée ou si elle a été   soumise à la procédure «véhicule endommagé».  Avant de conclure l’achat, le propriétaire peut envoyer cette fiche  à l’acheteur potentiel pour l’informer de l’état de son véhicule.

Protéger les acheteurs contre les ventes de véhicules douteux

Ces dernières années, plusieurs véhicules ayant subi des accidents sont remis en circulation d’une manière frauduleuse. Une telle plateforme peut éviter aux acheteurs de se faire arnaquer. Il convient de signaler qu’en France près de 20% des véhicules d’occasion sont vendus par des professionnels.  Ces transactions intéressent de plus en plus la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). En effet, cette dernière a relevé qu’en 2016 la moitié des établissements contrôlés présentent certains dépassements lors de la conclusion des achats de véhicules d’occasion.  Il est important de préciser que la plateforme HistoVec n’est pas encore ouverte officiellement au public. Elle le serait probablement au début de l’année prochaine.

La transparence qui règne …

La fiche extraite de cette plateforme pourrait être une preuve du bon état du véhicule. Ainsi, le propriétaire pourrait obtenir de meilleures opportunités pour vendre sa voiture. De sa part, l’acheteur potentiel d’un véhicule occasion serait à l’abri des pratiques douteuses et des arnaques de tout type. Qu’il s’agisse d’une voiture accidentée ou ayant un autre vice, l’acheteur sera informé de toutes ces informations. Ainsi, cette plateforme pourrait faire régner une ambiance de transparence et de clarté. De sa part, l’acheteur doit faire attention à plusieurs indicateurs pour ne pas se faire arnaquer par des vendeurs de mauvaise foi. Il serait judicieux de s’intéresser à des indicateurs tels que le kilométrage, l’état de la carrosserie, la date de mise en circulation, les bruits émis par le véhicule… Il convient de faire attention et surtout d’essayer le véhicule avant de l’acheter. Il serait aussi judicieux de faire intervenir un expert pour vous aider à juger les performances de la voiture.

Véhicules d’occasion : Une plateforme en ligne pour éviter les arnaques
Rate this post