Électroménagers, voyages, livres… 66 % des Français se déclarent cyberacheteurs en 2017, selon une étude menée par Médiamétrie pour la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad). Ce seul chiffre, qui représente pas moins de 37,4 millions de clients potentiels, résume à lui seul l’importance de mettre en place une stratégie gagnante pour charmer et fidéliser les acheteurs, souvent très volatils. Une réponse d’e-marketing ? La qualité de contenu, outil indispensable, qui booste à la fois e-réputation et taux de conversion.

Voici ce qu’on entend par qualité de contenu

Quel que soit le produit recherché par le cyberacheteur, ce qu’il recherche correspond avant tout à des informations pertinentes et fiables sur le produit, selon une étude publiée en 2015 intitulée The Shotfarm Product Information Report. Et si son achat ne correspond pas à ses attentes ou au descriptif produit, plus de 50 % d’entre eux déclarent « blacklister » le site marchand.

Plus que de la publicité classique, sujet à caution aux yeux des acheteurs, le contenu doit apporter une valeur ajoutée. Il relève alors davantage de l’expertise, du conseil aux pages inspirantes ou divertissantes. Des descriptifs produits, des photos ou vidéos accompagnant la page, des avis consommateurs, le contenu de qualité prend des aspects explicatifs originaux et fiables, notamment pour les produits les plus complexes. Le client récompense l’efficacité du conseil, et le taux de conversion s’envole.

 

Le double secret de la qualité de contenu : les consommateurs et… Google

Si le cyberacheteur applaudit la qualité et la quantité du contenu d’un site en lui restant fidèle, voire en nourrissant son e-réputation, il n’est pas le seul à la valoriser. Google s’est également imposé en juge tout puissant grâce au fameux référencement après lequel tous les sites marchands courent.

Or le ranking dépend notamment de la « notation » que Google attribue à un site.

Selon quels critères Google booste-t-il un référencement ? Globalement, ce que l’on pourrait classer sous « qualité de contenu ». Concrètement, une page est jugée selon différents points, notamment l’efficacité selon laquelle elle répond à son objectif. Titre annonçant clairement l’intention de la page, réponse conforme aux objectifs annoncés, contenu original, source clairement identifiée, qualité des images, interactivité… La page est scrupuleusement disséquée, et pas seulement par des algorithmes comme on l’entend souvent, mais aussi par des évaluateurs en chair et en os. La charte selon laquelle ceux-ci scrutent les pages web se renouvelle chaque année, et celle de 2017 ne contenait pas moins de 160 pages.

 

Comment atteindre le Graal du e marketing ?

Créer une bonne e-réputation, et surtout maintenir un bon référencement pour être le plus visible aux yeux des consommateurs, ne s’improvisent donc pas. Heureusement, de nombreux outils permettent de répondre aux différentes exigences, notamment en termes de qualité de contenu. Métiers du marketing digital, experts SEO, rédacteurs web, community manager… les professionnels se multiplient et se spécialisent pour répondre aux problématiques spécifiques du web.

 

Un article d’Aude pour SEOmantique